VOYAGE EPICE



Un peu d'histoire

De l'antiquité à nos jours, les épices comme l'or ont toujours fasciné et suscité des convoitises et des passions.
On les aime pour leur couleur, leur odeur, leur saveur et leur vertu médicinale.

Les épices sont mentionnées pour la première fois dans la bible vers 1900 avant J.C. Elles étaient transportées à dos de chameaux par des marchands ismaélites, qui les transportaient de chine jusqu'en Egypte, où elles étaient échangées contre de l'or, de l'argent et des pierres précieuses.

Les Arabes contrôlèrent le commerce des épices pendant plusieurs siècles, et utilisèrent tous les subterfuges possibles pour protéger leur marché.

A l'apogée de Rome, plusieurs siècles plus tard, les Romains utilisaient couramment les épices dans leur vaste empire (cuisine, parfums, médicaments...), mais elles disparurent avec leur départ, et il fallut attendre les premiers croisés, au début du Moyen Age, pour que les aromates fassent leur réapparition dans le nord de l'Europe.

A l'époque, Venise contrôlait le commerce des épices et de l'or avec l'Orient; mais, la chute de Constantinople (Istanbul) devant l'Empire ottoman, en 1453, coupa Venise de ses anciennes routes commerciales.

Les aromates et les parfums épicés d'Extrême-Orient s'étant alors largement implantés en Europe,il fallut trouver de nouvelles routes.

On se tourna alors vers la mer, et la construction de navires toujours plus sophistiqués, aboutit aux grands voyages de découverte qui marquèrent le XV è siècle.

En 1492, Christophe Colomb, faisant route vers l'Ouest, pensait s'acheminer vers l'Inde en faisant le tour du monde.
En réalité, il débarqua aux Bahamas où il découvrit les piments, le piment de la jamaïque et la vanille.

En 1497, Vasco de Gama quitta le Portugal et se dirigeant à l'est, il fut le premier navigateur à contourner le cap de Bonne-Espérance et à atteindre l'Inde par la mer. Les Portugais purent alors exploiter la cannelle de ceylan (Sri Lanka). Plus à l'est, en Indonésie, ils occupèrent les Moluques (archipel des Epices), installèrent un comptoir commercial à Malacca, en Malaisie, et purent ainsi acheminer vers Lisbonne poivre, clous de girofle, noix de muscade et macis.

L'arrivée des hollandais, en 1612, fut une véritable catastrophe pour les habitants de la péninsule. Décidés à maintenir les épices à un prix élevé en Europe, ils brûlèrent la totalité des réserves de noix de muscade que contenaient leurs entrepôts d'Amsterdam. En 1625, ils détruisirent en totalité les girofliers, à l'exception de l'île d'Amboine, réduisant ainsi la population des autres îles à la misère car les clous de girofle étaient la monnaie de troc contre le riz.

Les muscadiers furent condamnés à subir le même sort quelques années plus tard, en 1636.

Les Hollandais cherchèrent également à s'assurer le monopole de la cannelle à Ceylan, non seulement sur l'île mais aussi sur la côte indienne de Malabàr.
Pendant près de deux siècles, ils firent usage de tactiques destructives pour garder le contrôle du marché des épices. Cela n'empêcha pas la compagnie de faire faillite en 1799, vingt ans après qu'un botaniste français eut dérobé quelques plants de giroflier et de muscadier afin de les planter sur l'île Maurice et dans d'autres colonnies françaises.

Au début du XIXe siècle, plus aucune puissance européenne n'exerçait de monopoles sur les épices et les prix commencèrent enfin à chuter.

Nous allons maintenant nous intéresser plus particulièrement à la Myristica Fragans, qui n'est pas la plus chère des épices, mais la préférée de notre commandant de bord.





D'ou vient-elle :

La noix de muscade est l'amande de la graine de muscadier, arbre à épices originaire d'Indonésie.
Il faut attendre neuf ans avant qu'un muscadier femelle donne des fruits, mais il peut en produire pendant 75 ans, avec trois récoltes par an.
Une fois les noix ceuillies, elles sont séchées séparément du macis, enveloppe de la noix, un processus qui peut demander jusqu'à six semaines.


Ses propriétés :


Où se la procurer?

Dans les boutiques asiatiques, chez les marchands de fleurs séchées, au rayon de celui qui se décarcasse des supermarchés.


Quelques expressions :

Passez muscade: se dit de ce qui passe presque inaperçu

Nez, nez, joli nez rouge
Qui t'a donné ce joli nez rouge?
Noix de muscade et gingembre, cannelle et clous de girofle, ce sont eux qui m'ont donné ce joli nez rouge.
John Fletcher

Alors, vous aussi épicez vos mets à la noix de muscade!

Si vous avez des astuces culinaires à transmettre à Maïté !

Allez hop... On sort de la cuisine!!